Le Safran - Fleur de couleur

 

Depuis la plus Haute Antiquité, l'homme utilise le safran pour ses propriétés tinctoriales.

Il permet d'obtenir une couleur chaude, lumineuse, hautement symbolique et qui porte son nom : le jaune safran.

Cette couleur symbolise la richesse... la richesse spirituelle.

Autrefois, le safran était aussi précieux que la pourpre.

On l'employait pour teindre les vêtements des rois, les bandelettes des momies, les châles indiens, les kilims turcs, la laine des tapis persans, la toge des moines bouddhistes... Il célébrait la richesse, le prestige, la noblesse, la magnificence solaire mais aussi la pureté, la sainteté, l'immortalité.

Les pigments du safran permettaient de peindre sur différents supports : les papyrus, les parchemins, les bois, les murs.

Au Moyen-Age, les moines le cultivaient et l'utilisaient pour leurs enluminures...

 

Le Safran - Fleur de santé

 

Avant d'être utilisé comme condiment, l'or rouge fut reconnu pour ses vertus thérapeutiques dans de  nombreuses médecines : perses, grecques, romaines, égyptiennes, arabes, chinoises...

On disait de lui qu'il était un remède des plus précieux, des plus efficaces.

On le surnommait « l'or végétal », « l'aromate des philosophes », « le roi des végétaux », « l'âme des poumons », « la panacée végétale ».

 

Le safran possède des propriétés stimulantes, euphorisantes, digestives, antispasmodiques. Il permet de soulager les névralgies dentaires et les troubles circulatoires.

 

Dans sa composition, il contient plus de 150 composés volatiles et aromatiques, mais également des caroténoïdes, dont la crocine.  

Caroténoïdes et crocine sont des pigments qui protègent la peau, les muqueuses, stimulent l'acuité visuelle, calment les douleurs d'estomac, désintoxiquent le foie et assurent une activité antioxydante et anticancéreuse.

Il contient aussi du safranal, qui est l'huile volatile responsable de son arôme.

Le safranal possède une activité sédative. Le safran agit sur le système nerveux, il est à la fois analgésique et tonique.

 

A la fin fin du Moyen-Age, les futurs médecins de l'école de Salerne apprenaient que :

«  le safran réconforte et dispose à la joie ».

L'or végétal permet de soigner les dépressions légères à modérées. En Orient, on l'administrait dans du thé chaud pour soigner la mélancolie.

Chez la femme, il permet de réguler les règles et de soulager les douleurs menstruelles.

Enfin, le safran est... aphrodisiaque. On dit qu’il libère l'énergie, l'allégresse et le désir.